• Inspirés par ces créatures légendaires, des enfants puisent la force nécessaire pour se dépasser

     

    La classe des dragons

     

     je suis tombé par hasard sur un article qui m'a complètement bluffé. Mme Grisé a une vision de l'éducation de nos enfants pour le moins originale et je dois avouer que j'y adhère totalement :

     

    En franchissant la porte de la classe de Mme Myriam, on pénètre dans un monde fantastique où les dragons accompagnent les élèves chaque jour en les encourageant à mieux se connaître et surtout, à se dépasser.

    Myriam Grisé, qui baigne dans l’esprit médiéval depuis qu’elle est toute petite, transforme depuis quelques années sa classe d’élèves en un groupe de valeureux dragonniers.

    Ils ont la délicate tâche de s’occuper de dix œufs de dragons, qui en retour, leur apporteront aide et réconfort.

    Chaque dragon représente une force ou une aptitude à acquérir: l’harmonie, l’empathie, le courage, le respect de la nature, etc.

    Les élèves suivent avec fierté le code de vie des dragonniers, basé sur le respect, les connaissances et les défis.

    «L’idée, c’est de se rattacher à quelque chose pour mieux se connaître, pour prendre conscience de nos forces et de nos faiblesses, explique l’enseignante. Les dragons, ce sont nos alliés. Ils nous aident à réaliser notre quête, qui est de réussir notre quatrième année.»

     

    Vaincre l’anxiété

    Inspirés par ces créatures légendaires et la mythologie qui les entoure, des enfants y puisent la force nécessaire pour se dépasser.

    Une élève qui avait une peur maladive des exposés oraux a réussi à vaincre son anxiété en faisant ses présentations accompagnée de son œuf de dragon, raconte-t-elle.


    D’autres s’en servent pour les aider à trouver l’inspiration, lorsque vient le temps de rédiger des textes.

    Plusieurs élèves se souviendront encore longtemps de cette année scolaire marquée par le fantastique.

    Lors du passage du Journal, plus d’une vingtaine d’anciens élèves de Mme Myriam, aujourd’hui en cinquième et sixième année, ont tenu à venir témoigner de l’année qu’ils ont vécue dans le «petit monde» de Mme Myriam et de ses dragons.

    «J’ai adoré ça, ça m’a aidé à apprendre et c’était plus facile pour moi ensuite en cinquième année», raconte fièrement Manuel.

     La classe des dragons


    Croire en ses capacités

    Pour Mme Myriam, l’objectif à travers toutes ces histoires de dragons, c’est d’amener les enfants à croire en leurs capacités, à une époque où le stress et l’anxiété de performance sont de plus en plus présents parmi ses élèves, note-t-elle.

    «Ça me donne quoi de leur montrer des choses s’ils ne croient pas en eux? À la base, ils doivent se faire confiance et ensuite, ils vont réussir. Moi, je suis là pour renforcer cette base. Et ensuite, le pouvoir de la réussite, ça leur appartient.»

     

    Si vous étiez ministre de l’Éducation, que changeriez-vous ?

    «C’est beau les programmes, mais il n’y a pas juste ça dans la vie de l’enfant. Il a sa famille, ses peines, ses difficultés. Le programme est trop exigeant, on n’arrive presque pas à l’enseigner en totalité parce que ça ne respecte pas le rythme des enfants et c’est pour ça que les enseignants sont essoufflés.»

     

    Source : Le journal de Quebec

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique