• Histoire écrite par Stéphanie Lebeau-Risson et illustrée par François Roudot

     

    PETIT DRAGON 1

     

    Il était une fois Sulfo, un adorable petit dragon qui vivait avec son père, le roi Draco 1er, au pays des dragons. Hélas le prince Sulfo avait un gros soucis : il ne savait pas cracher de feu ! Et ne pas avoir cracher de feu c'est très grave chez les dragons. Quand Sulfo essayait de cracher du feu, il ne sortait de sa gueule que quelques étincelles. Alors tous les soirs, Sulfo se couchait en sanglotant :

    - Je ne serais jamais un dragon !

    PETIT DRAGON 2

    Un matin son père, le roi Draco 1er accueillit un visiteur très important : le chevalier Albert. Debout au milieu des conseillers dragons, le chevalier Albert faisait un discours. Il parlait, parlait, parlait, il n'en finissait pas de parler. Si bien que les conseillers dragons étaient obligés de se pincer pour garder les yeux ouverts. Soudain, se fut la catastrophe : le roi Draco 1er, pourtant si poli, ne put s'empêcher de bailler d'ennui. Et, comme tout dragon qui baille, le roi Draco 1er cracha une flamme, qui brûla les fesses du chevalier Albert. Le chevalier Albert poussa un cri terrible. Aussitôt, le roi Draco 1er se précipita :

    - Je suis vraiment désolé, je ne l'ai pas fait exprès. Otez vite votre armure pour tremper votre derrière meurtri dans une bassine de camomille.

    Mais le chevalier Albert entra dans une colère terrible :

    - Vous avez osé m'attaquer, moi ? Puisque c'est ainsi, le peuple des chevaliers vous déclare la guerre ! Rendez-vous demain pour la bataille.

    Et le chevalier Albert parti.

    Le lendemain matin, les dragons se mirent en route pour la bataille. Sulfo voulut se joindre à eux, mais le ministre Langue de Feu l'arrêta d'un ton méprisant :

    - Pfff ! Tu ne sais même pas enflammer une botte de paille !

    Alors Sulfo repartit tristement. Les dragons et les chevaliers s'affrontèrent sur une vaste plaine. Mais, après dix minutes de bataille, ils préférèrent rentrer chez eux pour soigner leurs blessures ! Le roi Draco 1er proposa aux chevaliers de faire la paix. Le chevalier Albert lui répondit aussitôt par courrier :

    « Bien qu'il soit impardonnable qu'un dragon se permette de me rôtir les fesses, j'accepte de discuter. Mais attention, je ne veux voir aucune flamme ! »

    Les dragons décidèrent donc d'envoyer le ministre Langue de Feu pour faire la paix. Afin d'éviter tout bâillement, il se coucha dès huit heures du soir. Le médecin lui examina les narines, pour être sûr qu'il n'était pas enrhumé, car, lorsque les dragons éternuent, ils lancent des flammes.

    Et, enfin, Langue de Feu partit. Quand il arriva devant la porte du château du chevalier Albert, il sentit une terrible odeur de poivre qui lui chatouillait les narines, comme si mille mouches bourdonnantes y étaient entrées. Il ne put se retenir d'éternuer, et il lança une flamme gigantesque. Une voix retentit derrière la porte :

    - Interdiction absolue d'entrer !

    Alors Langue de Feu rentra, la tête basse. Il expliqua en gémissant :

    - Je n'ai pas pu entrer dans le château, une terrible oder de poivre m'a fait éternuer.

    A ce moment là le petit prince Sulfo s'avança :

    - Je peux y aller moi puisque je n'ai pas de flammes.

    Le ministre Langue de Feu répliqua :

    - Certainement pas, tu es trop petit !

    Mais le roi Draco 1er se mit en colère :

    - Le petit prince Sulfo est le seul à pouvoir nous tirer d'affaire. Il ira donc.

    Et Sulfo se mit en route. Arrivé devant le château du chevalier Albert, Sulfo sentit l'odeur de poivre qui lui piquait le nez. Il éternua très fort, mais il ne sortit de sa gueule que trois étincelles et un peu de fumée noire. Alors il entendit crier : 

    - Il peut entrer !

    PETIT DRAGON 3

    Derrière l'attendait le chevalier Albert. Sulfo prit la parole :

    - Monsieur le chevalier, pour s'excuser d'avoir meurtri votre derrière, les dragons souhaiteraient offrir à tous les chevaliers une gigantesque brochette portant mille pommes rôties. Albert se lécha les babines :

    - Les pommes seront-elles caramélisées ?

    - Dorées à point ! Confirma Sulfo.

    - Alors j'accepte vos excuses, répondit le chevalier gourmand.

    Et ils signèrent l'accord de paix.

    De retour chez li, quand Sulfo montra l'accord de paix au peuple des dragons, ils poussèrent des hurlements de joie. Car les dragons adorent cracher du feu pour faire cuire les pommes. Et le roi Draco 1er félicita son fils :

    - Tu es un grand dragon. Je suis vraiment fier de toi !

     

    PETIT DRAGON 4

    Extrait du livre "Le Grand Livre fabuleux des Dragons - Bayard Jeunesse

     

    fleche retour


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique